Moi sans filtre (Partie 2)

Moi, sans filtre (partie 2)

Ceci est l'histoire de Jacqueline (suite)

L’étape de la Sleeve

Je l’avais en tête depuis longtemps, depuis mon diabète. Et puis j’ai eu l’incubation avec le psy, et je me suis fait opérer en 2016. Le déclic, je ne suis pas sûre de quand il a eu lieu, mais je pense que c’est quand j’ai vu Laurent Ournac ! Comme quoi… Alors j’en ai parlé à mon généraliste, j’ai abordé le sujet. Il m'a dit de bien y réfléchir et de revenir vers lui dans 3 mois, c'est ce que j'ai fait. Face à mon insistance, il m’a orientée vers le bon chirurgien. J’ai fait confiance tout de suite à ce docteur, c'est lui qui m'a immédiatement envoyée vers le groupe de parole de La Ronde Des Formes.

Et aujourd’hui…

Aujourd’hui, ça va mieux, j’ai perdu du poids du fait de la sleeve. Côté positif, je n’ai plus mon diabète, j’en ai fini avec l’hypertension, je suis moins essoufflée. J’ai trouvé des médecins avec lesquels j’ai une véritable relation de confiance. J’ai aussi plus confiance en moi, grâce au psy qui a amorcé ça… Par exemple, j’ai plus de plaisir à faire du shopping, ça peut paraître bête mais quand je n’achète pas c’est que ça ne me plaît pas, pas que ce n’est pas à ma taille ! C'est dingue quand on se rend compte à quelle point on  a perdu à l'essayage d’anciens vêtements. Il y a aussi des aspects négatifs, je suis tout le temps épuisée et d’humeur électrique. Je vois beaucoup de médecins, et ce sont des grosses nouvelles à chaque fois. On m’a parlé d’un body lift récemment, c'est une opération chère, lourde, j’ai l’impression qu’on va m’ouvrir de partout et la sécurité sociale ne rembourse pas grand-chose sur ce genre d’opération !  J'ai aussi et surtout changé RADICALEMENT ma façon de m'alimenter. Je n'achète plus que des bons produits, du bio, et suis enfin devenu végétarienne.  La malbouffe me dégoute alors que j'étais en plein dedans avant. Je respecte mon estomac désormais, il n'est plus un évier !
 

Côté professionnel, mes collègues réagissent, certains ne me reconnaissent plus. D’autres trouvent que je n’ai pas la forme, que je fais moins de blagues mais c’est dû à un état de fatigue permanent à cause des effets secondaires de la perte de poids. J'ai quand même perdu 30 kg en quelques mois, c'est énorme. Il y a mon aspect physique qui a changé, mais également l'image que j'ai de moi-même.

L’association

L’association m’apporte un soutien fondamental. J'y trouve de l’entraide, du partage et surtout pas de jugement. On est dans le concret, je suis très assidue même si je ne me rends pas forcément à tous les ateliers. Si je n’avais pas eu l’association je n’aurai pas eu de  visites à la clinique après mon opération. Et ça m’a fait l’effet d’un rayon de soleil ! Il y a des personnes formidables, certaines se rendent tellement disponibles. Les compliments, les encouragements aident beaucoup. La clause de confidentialité nous permet aussi cette tranquillité.  J’ai créé des liens avec des gens que je n’aurais jamais croisés dans ma vie, mais ils m’apportent énormément. J’ai l’impression d’avoir des airbags avec tous mes soutiens, même si mon psy me manque depuis son départ, mais disons qu’ils font partie de mon avenir, tous ces gens. J’y inclus bien entendu ma diététicienne sans qui j’aurai bien du mal à m’adapter à cette vie nouvelle. La seule famille qu'il me reste ne m’a pas soutenue du tout. Alors heureusement que j’ai cet entourage-là.  On n’est pas forcément aidés par les personnes qui nous sont les plus proches, parce qu’avec eux, on a un filtre. Les confidences sont plus difficiles, alors qu’avec le groupe de parole de l’association c’est vraiment franc, il n’y a pas ce filtre.

L’avenir

Je dois continuer de perdre du poids, faire de la chirurgie réparatrice. Je me sens encore en "chantier"… mais me rendre "présentable", c’est aussi avancer dans ma vie ! J’espère pouvoir me remettre en couple. Je veux continuer d’être impliquée dans l’association, d’être active sur les forums. Il y a une chose sur laquelle je dois travailler, c’est le sport. J’en faisais tellement quand j’étais jeune, je faisais des compétitions de gym tous les samedis et ça m’a dégoûtée. Je me trouve peut-être des excuses, c’est clair. Mais je vais travailler là-dessus.

Niveau timing, je ne me mets pas de pression. Il me reste 10kg à perdre pour la chirurgie réparatrice, mais je me sens comme sur des rails et mon médecin me laisse évoluer à mon rythme.

Mes conseils

Prenez une feuille, et notez tout ce que le poids vous empêche de faire. Vous êtes une maman, vous n’arrivez pas à courir après vos enfants… c’est une motivation. C’est un long chemin, il y a un avant, et un après. Il faut beaucoup se préparer, et il n’y a pas vraiment de conseil qui fonctionne pour tout le monde. Il faut changer son alimentation, ses habitudes : sur les forums, je vois des gens qui se font opérer et qui parlent de manger chez Macdo. L’opération ne suffit pas ! C’est un état d’esprit, pour que ça fonctionne réellement. Et puis il ne faut pas minimiser les conséquences d’une opération, ce sont des bouleversements. Moi j’ai perdu 30kg en 9 mois, et j’ai le sentiment d’être épuisée, cette opération n’est pas anodine du tout. On s’affame, et tout le métabolisme change, c’est vraiment une autre vie. Mon organisme qui a fonctionné comme ça pendant des années, là il est mis dans une situation extrême.

Si c’était à refaire…

Je le referai tout de suite. Les 48 premières heures ont été très douloureuses. Je ne le savais pas, c’est différent pour tout le monde mais moi, j’ai souffert. C’est un mauvais souvenir, mais plus tard, on ne focalise plus dessus ! Donc, si c’était à refaire, je le referais les yeux fermés ! Ne serait-ce que pour le bénéfice de santé, là… Il n’y a rien de négociable. J’ai perdu mon diabète, dès que je suis sortie de l’hôpital, c’était quasiment un miracle. Donc rien que pour la perte du diabète, je le referais. Je vais bientôt faire mon bilan annuel cardio. Je me souviens qu'à cause de l’infarctus, mon cardiologue avait peur de l’opération, il était réticent, c'est sur la base du ratio bénéfice/risque qu'il a donné le "go". Aujourd'hui, quelque mois après l'opération, j’espère avoir moins de médicaments. 

Voilà, donc j’ai bénéficié d’une sleeve, et j’ai éliminé du poids ! En tout cas, merci pour ce moment, je voulais partager ça, être moi aussi « sans filtre »… Et je continue, il y a encore du chemin pour moi.

A bientôt !

 

Par Audrey Leclere

Commentaires (3)

valou38
  • 1. valou38 | 22/05/2017
bonjour je suis en surpoids et la sleeve me fait peur. Les régimes j'ai essayé et je vous avoue que je ne sais plus quoi faire. je hais mon corps. Et j'ai l'impression d'être hideuse. je suis célibataire et mon ex mari dit qu'il m'a quitté en partie à cause de mon poids. Connaissez vous d'autres moyens pour perdre du poids à part la sleeve ? en tous cas votre témoignage est très émouvant. Merci et bravo pour votre courage
PEREIRA
  • 2. PEREIRA | 26/02/2017
Nous avons toute notre histoire, nous traversons ce parcours avec plus ou moins de difficultés, de peurs et de doutes avant le grand saut. Puis il est vrai que sans LRDF, on serait vite tenté de suivre sa route sans revenir sur les lieux, sans se retourner et en espérant que ces kilos disparaissent définitivement comme par magie. Heureusement cette association est là pour nous accompagner tout au long de la route, avant pendant et après. Sans LRDF, et cette nouvelle famille qui me comprend et ne juge pas, je me sentirai bien seule. Bien à vous. bisous
Sylvia
  • 3. Sylvia | 25/02/2017
Cette 2 ème partie est tout aussi bouleversante que la 1 ère ! Tu as déjà parcouru pas mal de chemin Jacqueline, il t'en reste encore, tu y vas à ton rythme et c'est là le principal, ce n'est pas une compétition ! J'aime l'optimisme et la sagesse qui se dégage de ton témoignage ! Je ne connaissais pas l'ancienne Jacqueline mais j'apprécies énormément la nouvelle ! Pensées et bisous.
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
×