Ma lutte contre l'obésité

Ma lutte contre l'obésité

Ceci est un témoignage anonyme

 

Mon histoire

Déjà, toute ma famille a des problèmes de poids, c'est un peu dans les gênes en quelque sorte... et puis mes parents sont traiteurs, dans la restauration. Donc nous avons un certain rapport à la nourriture. Quand j'étais petite tout allait bien, on ne faisait pas attention à mon poids. A l'école maternelle, les élèves n'avaient pas encore de réflexions sur l'obésité. Mais comme tout le monde ils ont grandi, et moi aussi. Je mangeais en trop grosses quantités et même si mes repas étaient équilibrés, j'ai pris du poids. Je ne me surveillais pas trop à cette époque-là malgré les moqueries de mes camarades. C'étaient surtout les filles qui se moquaient, celles avec qui je n'avais pas d'affinités car j'étais plus proches des garçons que des filles. Alors que c'est plutôt l'inverse aujourd’hui.

Le collège

Les années sont passées et puis le collège est arrivé. Cela a été la période la plus difficile, surtout la 5ème. Cette année-là a été la pire, je crois. Je me faisais insulter par mes camarades de classe. Ces mêmes camarades, qui au début, se disait mes amis et pour qui il s'est avéré que je n'étais rien. Au début, je réussissais à cacher ce qui n’allait pas, à rentrer chez moi et faire comme si de rien n'était, mes parents n'y voyaient que du feu. Ils pensaient que mes journées se passaient bien, que j'étais bien entourée, jusqu'au jour où j'ai commencé à ne plus vouloir manger, à sauter les repas du soir, à ne plus dormir, à pleurer les soirs dans mon lit.

Mes parents m'entendaient quand ils passaient devant ma chambre. J'ai essayé d'inventer des mensonges, mais au final, j'ai fini par leur dire, et mes parents ont été extraordinaires avec moi, cela nous a vraiment rapprochés. Ils ont pris les choses en mains, ils connaissaient les parents d'une des filles qui s'en prenait à moi. Ils sont allés les voir et le même jour les trois personnes en question sont venues s'excuser.

 C'est vrai qu'au début, ils m'ont en voulu, j'ai pris des réflexions comme quoi je m’étais plainte à mes parents, que j'avais pleuré. Mais avec le temps, ils ont compris leurs erreurs. Malheureusement les insultes ne venaient pas seulement des élèves mais aussi du professeur de sport. Le professeur est la personne censée aider les élèves et non les enfoncer. La réalité était bien différente avec ma professeure de sport et la situation n'a pas évolué jusqu'à ce que, une fois de plus, mes parents prennent rendez-vous avec cette dame. C'est à cette même époque que j'ai connu des réflexions sur mon physique de la part de personnes de ma famille, du côté de ma maman, et je dois dire c'était très dur.

Le lycée

Les années sont passées, toujours les regards, les moqueries et puis une nouveauté : le lycée ! C'était une forte période de doutes pour moi, je faisais face à une rupture amoureuse, à un déménagement que je ne voulais pas. J'avais pris beaucoup de poids je faisais presque 100 kilos sur la balance. Je me détestais et là je suis tombée dans un cercle vicieux. Je me suis mise à me faire vomir. J'ai essayé de me confier à une de mes sœurs, nous étions très proches à cette époque. Le moins que je puisse dire c'est qu'elle n'a pas réagi comme je l'aurai souhaité. Elle en a parlé à ma mère et cela m'a énormément blessée à l'époque. Mais je dois admettre que c'est à ce moment-là, quand ma maman m'en a parlé, que j'ai réellement pris conscience des choses et que j'ai eu un déclic.

Le déclic

J'ai alors fais un rééquilibrage alimentaire avec lequel j'ai perdu 12 kilos. Je me sentais bien, tout allait mieux dans ma tête et autour de moi même si le regard des gens restait oppressant. Certaines personnes de ma famille, mon papa, ma sœur, mon cousin, ma tante, ont choisi de se faire opérer (by-pass, sleeve) pour remédier à leur obésité. Je ne les juge pas, je trouve cela courageux, j'ai même des amis qui l'ont fait, mais moi je veux éviter cela.

Et Maintenant

Depuis que je suis à la fac, tout a changé. Il n'y a plus ces regards méchants, ces insultes et ces moqueries, tout est plus serein. Je me suis même inscrite à la salle de sport. J'étais amoureuse, je le suis toujours mais malheureusement le jeune homme en question lui ne l'est plus, c'est la vie. Aujourd'hui je me sens mal et abandonnée, l'envie de me faire vomir me rattrape mais j'essaie de ne pas craquer je reste forte parce que je l'ai promis à ce garçon et parce que je l'aime même si je sais que tout est fini. J'essaie de ne pas me réfugier dans la nourriture, par moment c'est très simple car je ne mange pas et à d'autres moments c'est compliqué parce que j'ai envie de manger tout et n'importe quoi.

Mais je tiens, car mon but est de combattre l'obésité !

 

Par anonyme 18 ans et Audrey Leclere

 

Commentaires (2)

Mimi
  • 1. Mimi | 11/03/2017
@LilaLila Merci pour votre commentaire et vos encouragements qui me font chaud au coeur vraiment! C'est promis je vous donnerai de mes nouvelles :)
LilaLila
  • 2. LilaLila | 07/03/2017
Merci à cette jeune fille pour ce témoignage poignant et bouleversant...bon courage pour la suite et merci de nous donner des nouvelles de temps à autre.
Vous devez être connecté pour poster un commentaire